La dernière éclusière de Guerlédan

Mon huitième roman ne se passe pas au bord de la mer, mais dans le centre de la Bretagne. L’assec du lac artificiel de Guerlédan, en 2015, révèle en effet des vestiges engloutis depuis 85 ans. Plongez dans l’histoire entrelacée de trois générations de femmes dont le destin est étroitement lié au barrage de Guerlédan.

la dernière éclusière de Guerlédan Lynda Guillemaud roman

Où trouver « La dernière éclusière de Guerlédan » ?

Format numérique : 2,99 €

ASIN : B0B4KLMLTC

Format papier : 15 €

385 pages – ISBN : 9798835472543

Service presse

Vous êtes chroniqueur·se ou blogueur·se littéraire, booktubeur·se ? Pour bénéficier d’un service presse, contactez-moi ou rendez-vous sur SimPlement.

Le résumé du roman

Mai 2015. En Bretagne, la famille Coutard est réunie près du lac de Guerlédan pour accompagner Joseph, le grand-père, vers sa dernière demeure. Au fond du barrage asséché pour la cinquième fois de son histoire, Ophélie découvre les vestiges d’une maison. Celle d’Eulalie, son aïeule, la dernière éclusière.

Les ruines surgissant du passé réveillent les souvenirs. Avec sa grand-mère et le reste de la famille, Ophélie tente de résoudre les énigmes de cette vallée engloutie. Comment les habitants ont-ils vécu la construction du barrage ? Où sont-ils allés quand l’eau a noyé leur village ? Quel secret Eulalie cachait-elle à son fils ?

Un testament secret, une vallée perdue, des femmes de caractère et des amours impossibles… Les lieux et les destins se mêlent dans un tourbillon passionnant qui traverse le vingtième siècle sur trois générations.

Combien de secrets dorment encore dans les vestiges engloutis du barrage de Guerlédan ?

« Extrêmement bien documenté et riche en éléments culturels sur le lac et les traditions bretonnes, ce roman relève le défi d’être à la fois distrayant et instructif en nous questionnant sur la quête d’identité, l’attachement à un territoire et la transmission familiale. » Natacha

L’histoire d’une vallée bretonne au XXe siècle

Depuis longtemps, j’avais envie d’évoquer deux histoires parallèles, deux histoires de femmes. La première a connu la vallée de Guerlédan avant le barrage, mais aussi sa disparition sous les eaux. La seconde découvre alors la vallée asséchée, les vestiges engloutis et les ruines de vies bouleversées. Ophélie et Eulalie ne se connaissent pas, mais elles sont liées par une histoire familiale qui se tisse au rythme des assecs du barrage. Une troisième femme fait également le lien entre elles deux : Maria, la belle-fille d’Eulalie et grand-mère d’Ophélie.

En 2015, je suis allée visiter le lac de Guerlédan asséché. Les vestiges engloutis surgissant des eaux m’ont émue : qu’avaient ressenti les personnes ayant vécu là lorsque la vallée avait été noyée ? L’idée d’y placer l’intrigue d’un roman était née.

Lynda Guillemaud

Le roman est aussi l’occasion d’évoquer, en filigrane, les événements qui ont marqué le XXe siècle. La vie d’Eulalie est en effet ponctuée par deux guerres mondiales, la crises de 1929, l’arrivée de l’électricité dans les foyers, l’évolution des mœurs… C’est aussi une manière de rendre hommage à mes grands-mères, dont les histoires de vie quotidienne ont bercé mon enfance.

Quant à l’intrigue en elle-même, elle m’est venue en discutant avec ma meilleure amie Fanfan, également créatrice de mes couvertures. Elle m’a en effet racontée l’histoire de son arrière-grand-mère, dont elle tenait beaucoup de traits de caractère. Avec son accord, je me suis donc emparée de ces prémices et laissé mon imagination combler les trous.

La dernière éclusière de Guerlédan en vidéo

Les lecteurs en ont dit…

Une saga familiale étalée sur trois-quarts de siècle et centrée sur trois femmes de caractère. On se trouve donc plongé au milieu de l’histoire qui se déroule comme un film.

Robert.

J’aime beaucoup la manière de décrire l’histoire, de mêler les éléments historiques et techniques à l’intrigue sans que ce soit lourd. On a envie d’aller sur les berges du lac pour aller se promener en compagnie des personnages !

Véronique

Une intrigue fascinante et une histoire captivante sur un secret qu’exigeait l’époque d’Eulalie. J’ai adoré le déroulement de l’histoire, l’écriture plaisante de l’auteure et l’histoire familiale d’Ophélie n’est pas ennuyante, mais plutôt originale et hors de l’ordinaire. Les sentiments amoureux de l’aïeule posent autant de tracas en 1930 que ceux en 2015 vécus par ses petites filles. C’est un coup de cœur !

Carole du blog Les Mille et un livres

Le roman se lit facilement et j’ai eu du mal à m’arrêter de lire ! Les chapitres sur la vie d’Eulalie sont en effet riches d’anecdotes historiques, de détails sur les mœurs sociales et sur la vie quotidienne.

Anne-Paule

J’ai aimé toute l’histoire tant les personnages sont attachants et l’histoire intéressante. Que ce soit au début du siècle ou de nos jours, on est vraiment captivé par les personnages et leur vie.

Anne

Réunis pour accompagner Joseph, le grand-père, vers sa dernière demeure, les membres de la famille Coutard vont ressouder leurs liens autour de l’histoire de leur aïeule, Eulalie. Un testament mystique, un lac asséché, les ruines de la maison éclusière… Les lieux et les destins se mêlent pour nous entraîner dans un tourbillon passionnant dont on brûle de connaître le dénouement. J’ai aimé retrouver la plume fluide et douce de Lynda Guillemaud. Extrêmement bien documenté, riche en éléments culturels sur le lac de Guerlédan et les traditions bretonnes, ce huitième roman relève le défi d’être à la fois distrayant et instructif. Les personnages nous font traverser le vingtième siècle. le récit nous questionne sur l’identité, la cohésion familiale, la transmission et l’attachement à un territoire. Les pages défilent vite, trop vite… À cheval entre le récit contemporain et le roman historique, ce livre atypique est une belle réussite, que je recommande vivement !

Natacha

.

x

.

x

.

x