Comment devenir écrivain ?

Une des professions les plus recherchées dans le monde sur Google est… écrivain, selon la société Remitly. En France, c’est plutôt avocat qui ressort, mais « comment devenir écrivain » arrive en tête dans 30% des cas. Ce métier de rêve pour lequel il n’existe pas de parcours type n’est d’ailleurs pas toujours reconnu comme un métier à part entière, que ce soit professionnellement ou socialement. Comment devient-on écrivain ? Quelles études, quel diplôme ?

Écrivain, auteur ou autrice : définition d’un métier

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le métier d’auteur ou d’autrice a une définition à la fois simple et complexe. On considère qu’on est auteur d’une œuvre à partir du moment où on la créé, qu’il s’agisse d’un texte, d’un morceau de musique, d’un film, etc.

Si on s’en tient au texte, ce serait donc plus judicieux de parler d’écrivain. Selon le dictionnaire, un écrivain ou écrivaine est « une personne qui compose et écrit des ouvrages littéraires ». Donc, l’auteur ou l’autrice d’un ouvrage scientifique n’est pas écrivain ? D’autres dictionnaires sont plus évasifs et considèrent comme écrivain celui ou celle qui est habile dans l’art d’écrire.

Une chose intéressante : point de notion d’édition ou de publication là-dedans. On peut donc être écrivain sans avoir publié de livre, que ce soit chez un éditeur classique ou en auto-édition. Souvent, les auteurs et autrices débutants ne se sentent pas légitimes à se présenter comme écrivain dès lors qu’ils n’ont pas publié.

L’écrivain est aussi un être polyvalent : il ne fait pas qu’écrire ! Il doit aussi :

  • contacter des éditeurs ou s’auto-éditer ;
  • assurer sa communication et des séances de dédicaces ;
  • faire en sorte que son livre se vende.

Devenir écrivain : comment faire ?

Mon grand problème d’adolescente, quand j’étais au lycée et qu’il fallait choisir sa voie, c’était qu‘il n’existait pas de diplôme d’écrivain. Ça n’existe toujours pas, d’ailleurs, et c’est tant mieux.

S’il est conseillé de faire des études en rapport avec la littérature, ce n’est pas obligatoire. L’essentiel est d’avoir une bonne culture générale et une grande ouverture d’esprit. D’autres qualités sont à développer :

  • l’esprit de synthèse et la capacité à analyser les sources ;
  • l’imagination et la créativité ;
  • une excellente maîtrise de la langue ;
  • le sens de l’organisation et une certaine rigueur ;
  • la connaissance des techniques narratives.

La bonne nouvelle, c’est que la plupart de ces compétences peuvent s’acquérir en se formant et ce, quel que soit votre âge, votre expérience ou votre parcours. Il n’y a donc pas besoin d’avoir un « don » pour devenir écrivain (ça peut éventuellement vous aider).

Les conditions de travail de l’écrivain

Les auteurs et autrices sont des indépendants, dans tous les sens du terme, car c’est aussi leur statut juridique.

Le salaire des auteurs

Il n’y a pas d’offres d’emploi d’écrivain, ni d’horaires de travail, ni de salaire en tant que tel. La rémunération d’un écrivain est ainsi très aléatoire, selon les droits d’auteurs ou les redevances qu’il peut toucher.

salaire des auteurs devenir auteur
Campagne de sensibilisation de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse sur le salaire des auteurs.
  • Un contrat d’édition classique offre des droits variant entre 8 et 20 % sur le prix public hors taxe.
  • En auto-édition, vous pourrez espérer toucher plus, entre 30 et 70 % du prix public hors taxe.

De ces revenus, il faudra bien entendu déduire les charges, les impôts et autres frais liés à la vente de votre livre.

Le statut juridique de l’auteur

En France, l’auteur est l’une des professions bénéficiant d’un statut juridique à part entière : celui d’artiste-auteur. Ce statut s’applique à toute une catégorie de créateurs d’oeuvres d’art (auteurs, mais aussi illustrateurs, compositeurs, peintres, scénographes…). Il permet de déclarer fiscalement les revenus issus de votre activité comme des bénéfices non-commerciaux (BNC).

Concrètement, l’artiste-auteur est considéré comme une entreprise individuelle, avec un numéro de SIREN et un code APE (ce qui vous permet notamment de faire des factures. Pour s’immatriculer, il faut faire la démarche sur le Guichet des formalités des entreprises. L’avantage, il est compatible avec tous les statuts, y compris celui de fonctionnaire (ce qui n’est pas le cas de la micro-entreprise par exemple).

Depuis 2021, les artistes-auteurs peuvent déclarer les revenus issus de l’auto-édition au titre des revenus artistiques. Il n’y a donc plus besoin de créer une micro-entreprise ou une autre structure à côté, sauf si vous exercez une autre activité. Chaque année, il suffit de déclarer ses revenus d’auteur sur l’Urssaf Limousin qui prélève ensuite les cotisations sociales dues. Il faut aussi, parallèlement, déclarer les revenus aux impôts. Par contre, la gestion par l’Urssaf Limousin est assez catastrophique, même si personnellement je n’ai jamais eu trop de problèmes avec eux. Pour bénéficier de la protection sociale des artistes-auteurs, il faut que les revenus artistiques dépassent un certain montant (9513 € en 2022).

Devenir écrivain n’est donc pas compliqué en soi et pourtant, il y a peu d’élus ! Car en vivre est une autre paire de manches, les revenus issus de l’édition étant faibles. On estime que moins d’1% des écrivains vit complètement de ses droits d’auteur : pour les autres, il faut bien souvent développer des stratégies de diversification.

📌Ce billet vous a plu ? Enregistrez-le sur Pinterest pour plus tard !📌