Ne confondez plus bêta-lecture et correction orthographique

Cette semaine, j’ai le plaisir d’inviter Éléonore, de Bêta-lecture & Co. Éléonore est bêta-lectrice et correctrice professionnelle. Mon dernier roman Un pont sur l’eau trouble a bénéficié de ses conseils en tant que bêta-lectrice. Je lui laisse la parole sur un sujet qui concernera beaucoup d’auteurs : la différence entre bêta-lecture et correction orthographique (car, oui, ce n’est pas la même chose !).


Pour s’assurer d’écrire la version la plus achevée possible de son roman, les étapes de correction sont essentielles. Que ce soit pour envoyer votre manuscrit à des maisons d’édition ou pour autoéditer votre livre. Selon moi, il existe 3 étapes distinctes qu’il ne faut pas confondre : bêta-lecture, révision ou réécriture et correction. Je vous explique ces 3 étapes, et pourquoi il ne sert à rien de corriger l’orthographe lors de la bêta-lecture.

Étape 1 des corrections de votre roman : la bêta-lecture

Disons que l’étape pendant laquelle vous corrigez votre roman, seul dans votre bureau, après avoir finalisé votre premier jet est l’étape 0.

Une fois cette étape 0 achevée, il est temps de savoir si les lecteurs vont apprécier votre histoire : c’est l’étape de la lecture-test.

La bêta-lecture pour tester votre histoire

Vous connaissez trop bien votre histoire. Vous l’avez écrite puis corrigée pendant des semaines, des mois. Bref, vous manquez de recul. Il est temps de la confier à des regards extérieurs, neutres, bienveillants et constructifs (si possible).

Les bêta-lecteurs (proches, inconnus, professionnels) vont partager avec vous leurs ressentis et vous indiquer ce qui fonctionne et ce qui gagnerait à être revu, modifié, amélioré.

Au-delà d’un simple « j’ai bien aimé », le bêta-lecteur va s’attacher à décrire ses émotions au fil de la lecture et si possible à expliquer ses ressentis pour vous aider à cerner les points forts et les points faibles de votre histoire.

Tout peut être sujet à commentaires : personnages, intrigue, longueurs, entrée rapide ou non dans l’histoire, fin satisfaisante ou non, décor blanc ou descriptions immersives, etc.

Chaque lecteur-testeur viendra avec sa sensibilité, son histoire, ses lectures passées, sa culture. À vous de prendre ces différences en considération quand vous analyserez les retours.

Pourquoi il ne sert à rien de corriger l’orthographe, la grammaire ou les tournures de phrases lors de la bêta-lecture ?

Imaginez que je bêta-lise votre roman. Je vais peut-être vous expliquer que le début accrocherait mieux le lecteur s’il était plus rapide, que le dialogue de la page 11 me parait trop long, que la scène d’action de la page 122 gagnerait à être révisée pour être plus claire ou que je n’arrive pas à cerner les motivations d’un de vos personnages.

Vous allez peut-être décider de remanier ces passages, peut-être même en profondeur.

Si j’avais corrigé les fautes d’orthographe et de grammaire lors de cette étape, j’aurais dépensé du temps et de l’énergie sur des passages qui seront donc complètement modifiés ou qui auront disparu à la version suivante !

Au moment de la bêta-lecture, ce qui importe, c’est le FOND pas la forme.

Tout au plus, vous pouvez demander à vos bêta-lecteurs de vous indiquer les erreurs récurrentes qu’ils ont pu remarquer, cela vous aidera lors de la troisième étape.

Étape 2 : la révision ou réécriture de votre manuscrit

Triez les remarques de vos lecteurs-tests

Vous avez donc reçu les retours de vos bêta-lecteurs. Il est temps de les analyser, de les synthétiser et surtout de les trier. Je vous conseille de prendre en compte chaque remarque, une par une.

Les remarques positives vous regonfleront le moral et pointeront les passages qui marchent. Pour les autres, à vous de voir si elles vous parlent et comment vous pourriez résoudre le problème soulevé.

Bien entendu, vous restez maître à bord, mais si plusieurs lecteurs pointent le même problème, ne l’ignorez pas.

Réécrivez sans peur grâce à un plan et à un fichier de scènes coupées

Vous pouvez entamer la réécriture pour créer une version améliorée de votre roman grâce aux commentaires de vos bêta-lecteurs : vous savez ce qui marche et qu’il ne faut pas toucher et ce qu’il convient d’améliorer pour rendre votre histoire la plus addictive possible.

Je vous conseille de faire un plan de correction par chapitre ce qui vous guidera sur le chemin des corrections.

N’ayez pas peur de trancher dans le vif. Vous aimez votre texte, vous aimez ce passage qui vous a donné du mal ou cette scène que vous trouvez particulièrement réussie. Sauf que, voilà, il faut les couper pour la cohérence de l’histoire ou pour améliorer son rythme, mais vous avez du mal à vous y résoudre. Comme je vous comprends !

C’est pourquoi je crée pour chacun de mes textes, un fichier de scènes coupées. Je ne les supprime pas, je ne les jette, je les mets juste de côté pour le bien de l’histoire.

Étape 3 : la correction orthographique de votre texte

Le fond, les bases de l’histoire sont solides. C’est le moment de passer à la dernière étape : corriger la forme.

Qu’est-ce que la correction ? Supprimer les fautes, mais pas seulement…

La correction va s’attacher à la forme du texte. Il est temps d’éradiquer toutes les fautes d’orthographe, de grammaire, de conjugaison, de syntaxe, de ponctuation et de typographie.

Il existe des astuces pour vous faciliter la vie lors de cette étape et vous aider à relire votre texte efficacement. Si ça vous intéresse, j’ai créé un petit livret d’astuces gratuites à télécharger ICI.

Comités de lecture ou lecteurs méritent un texte soigné et de qualité. Si vous avez un doute, n’hésitez pas à chercher la règle sur internet. Ces deux adresses sont des sites de confiance et peuvent répondre à bon nombre de vos questions :

La correction : une étape pour rendre votre texte plus riche, plus rythmé, plus imagé

Elle peut également vous permettre d’enrichir votre texte (en remplaçant les répétitions) ou de le rendre plus rythmé ou plus percutant en jouant sur la ponctuation, par exemple.

Grâce à certaines figures de style, vous pouvez aussi le rendre plus imagé, voire plus poétique.

Voilà, j’espère que maintenant vous ne confondrez plus bêta-lecture et correction orthographique. Et vous, où en êtes-vous ? Quelle est la prochaine étape dans le processus d’écriture de votre roman ?

Je suis Éléonore de Bêta-Lecture & Co, autrice, bêta-lectrice et correctrice professionnelle. Je remercie Lynda de m’avoir accueillie sur son blog le temps de cet article. Pour découvrir mes conseils sur les techniques narratives et les corrections de roman : c’est par LÀ.


Je remercie Éléonore pour cet article qui remet les pendules à l’heure⏲. Alors, vous faisiez la confusion entre bêta-lecture et corrections ? Je vous invite à parcourir son site et son compte Instagram qui fourmille de bons conseils et d’astuces. Vous pouvez aussi découvrir sur son blog mon point de vue d’autrice sur les corrections (et la bêta-lecture !).

close

Un roman à lire gratuitement, ça vous tente ?

Inscrivez-vous à l'infolettre et recevez en cadeau un ebook à télécharger gratuitement !

Je déteste le spam ! Votre adresse ne sera pas utilisée à d'autres fins.

2 réponses sur « Ne confondez plus bêta-lecture et correction orthographique »

Envie de réagir ? Laissez un commentaire !