photo of yellow moon hanging lamp

35 idées de contenus à publier à chaque étape de l’écriture d’un livre

— Publié dans

Sauf dans les films et l’imaginaire collectif, l’écriture de roman (ou d’un livre de non-fiction) ne se fait pas en une fois. La plume en l’air, le nez au plafond, attendant l’inspiration… Voyez ? Non, non, écrire un roman suppose plusieurs étapes, depuis la première idée jusqu’à la publication. À chaque étape de l’écriture, vous pouvez communiquer d’une manière différente sur votre livre. L’objectif : faire « monter la pression » en créant une attente. Votre lectorat sera ainsi fin prêt et sur les dents lorsque votre livre sortira. J’ai repris les 8 phases de l’écriture d’un livre pour vous donner des idées de contenus à publier.

Pour commencer, l’idéal est de planifier l’écriture de votre roman avec les 8 phases de l’écriture. La planification peut faire peur, mais elle est bénéfique pour plusieurs raisons :

  • vous fixer une échéance et éviter de faire comme moi avec mon premier roman, publié 27 ans après l’avoir commencé 🫥 ;
  • progresser petit à petit, en découpant le gros objectif (publier le roman) en plusieurs étapes ;
  • vous motiver en voyant votre roman avancer et réajuster le timing si nécessaire.
idées contenus étapes roman

Idées de contenus à l’étape de l’idée générale

Votre roman commence par une idée, un thème, un sujet. C’est souvent quelque chose de plus ou moins vague que vous allez creuser et laisser mariner quelque temps dans votre tête. Communiquer à ce stade peut effrayer : tant que rien n’est acté, ne risque-t-on pas de décevoir les lecteurs ?

Le risque est quasi inexistant, puisque vous ne promettez rien. De plus, discuter avec votre communauté d’un futur projet, c’est toujours très excitant, surtout si vous l’associez d’une manière ou d’une autre. C’est encore plus le cas si vous avez déjà publié d’autres livres : vos fidèles attendent sûrement avec impatience un nouvel opus !

Les contenus que vous pouvez publier à cette étape ont un autre effet bénéfique : ils vous aident à formaliser votre idée, à la tirer dans tous les sens et à la développer. Les réactions des futurs lecteurs peuvent en effet vous orienter dans une direction à laquelle vous n’auriez pas spontanément pensé.

Quelques idées de contenus liés à l’écriture de votre roman à explorer :

  • Créez un sondage sur un réseau social ou dans votre newsletter pour choisir entre un sujet ou un autre, lorsque vous avez plusieurs idées : vous saurez ainsi quel projet aura plus de chances d’intéresser votre lectorat. C’est ce que j’ai fait pour choisir entre l’écriture de La dernière éclusière de Guerlédan et celle des Lumières d’Amérique.
  • Publiez un article de blog sur le sujet que vous aimeriez aborder, pourquoi et la manière dont vous envisagez de le traiter. C’est en quelque sorte la note d’intention de votre projet d’écriture, un exercice super intéressant à faire au début.
  • Annoncez le pitch de votre livre en quelques lignes. Sa rédaction est aussi un exercice à part entière et vous constaterez ainsi s’il fonctionne bien ou s’il peut être amélioré.
  • S’il s’agit d’une commande d’un éditeur, annoncez la signature du contrat d’édition (avec une photo et pourquoi pas un petit concours pour faire deviner à votre audience de quel éditeur il s’agit).

Publier des contenus à l’étape de définition des personnages

Après le choix de l’idée générale, on rédige souvent un premier synopsis. C’est là que j’élabore les portraits de mes personnages. Chez moi, c’est assez succinct, car généralement mes personnages se précisent au cours du premier jet. Mais si vous faites des fiches personnages ou des visionboard, vous avez de quoi vous amuser… et intéresser votre audience !

À cette étape, vous pouvez publier ce type de contenus sur l’écriture :

  • les tableaux d’inspiration pour vos personnages (photos, couleurs, descriptions…), notamment sur Pinterest si vous avez un compte ;
  • l’interview ou le portrait chinois des personnages (principaux ou secondaires) ;
  • votre « casting de rêve » si le roman était adapté au cinéma ou en série ;
  • un concours de propositions de prénoms.

La structure globale et le plan de scène

Ici, c’est du travail d’architecte. Si vous êtes allergique aux plans, le vôtre sera peut-être succinct, mais peu importe. Vous allez quand même souvent définir les grands temps forts de votre roman : situation initiale, élément perturbateur, résolution, situation finale.

L’objectif, à ce stade, n’est pas de dévoiler la structure de votre roman ou de votre livre, mais plutôt de donner envie d’en savoir plus. On va jouer sur la curiosité des gens et le mystère autour de l’intrigue pour créer de l’attente chez les lecteurs.

L’autre idée sous-jacente est de démystifier l’écriture, en montrant qu’un roman ne tombe pas du ciel au gré de l’inspiration. Le lectorat se rend compte ainsi que ça demande du travail, du temps et de la réflexion.

Concrètement, cela peut prendre plusieurs formes :

  • postez une photo du plan (en floutant les détails bien sûr !) pour montrer la structure générale ;
  • filmez un Reel ou une story de vous en train d’élaborer votre plan en disposant des post-its, en créant des cartes sur Scribbook ou en griffonnant sur votre carnet favori ;
  • partagez dans un article de blog vos réflexions autour de l’intrigue ou vos difficultés pour faire le plan… ou expliquez pourquoi vous ne faites pas de plan !

Publier des contenus à l’étape d’écriture du premier jet

C’est la phase la plus longue (ou pas !), là où on écrit « pour de vrai »… et là où on risque le plus de perdre l’attention des futurs lecteurs et lectrices. En même temps, c’est là que le manuscrit devient concret et le roman ou le livre tangible.

Encore une fois, il ne s’agit pas de tout dévoiler, mais plutôt de jouer sur l’effet de teasing.

Quelques exemples à explorer :

  • Filmez-vous en train d’écrire à différentes heures ou prenez des photos de votre écran si vous êtes timide.
  • Partagez votre avancée en nombre de mots, de caractères ou en pourcentage (en plus, c’est bon pour le moral).
  • Postez des captures d’écran des moments-clés de l’écriture (le début de l’écriture, la nième partie, le mot « fin »…).
  • Partagez dans une newsletter ou un article de blog vos difficultés, les jours où rien ne sort et ceux où au contraire vous êtes hyperprolixe.
  • Envoyez à vos abonnés newsletter des extraits du texte (en précisant qu’il s’agit de morceaux non-relus et non corrigés !).

Publier des contenus en lien avec l’étape de réécriture

Une fois le premier jet écrit, on ne l’envoie pas tout de suite en bêta-lecture. Pour ce qui me concerne, je le relis et réécris ce qui doit l’être une première fois. Cette façon de fonctionner me permet d’aller vite sur le premier jet, sans m’encombrer de recherches documentaires ou pour trouver « la bonne phrase ».

L’étape de réécriture, comme celle d’écriture, est l’occasion de publier plusieurs types de contenus, qui démystifient eux aussi le côté écrivain parfait qui produit un chef-d’œuvre du premier coup :

  • vos plus belles coquilles, les tics d’écriture (mots ou expressions qui reviennent souvent) ou les incohérences flagrantes ;
  • les extraits des passages que vous adorez ou même ceux pour lesquels vous n’êtes pas convaincu
  • votre état d’esprit concernant la réécriture (en Reel par exemple) ;
  • votre progression concernant la correction (chapitre 1 corrigé, chapitre 2 ok, etc.).

À cette étape, c’est aussi le bon moment pour solliciter de nouveaux bêta-lecteurs dès maintenant afin de ne pas perdre de temps à la phase suivante. À cette fin, postez une annonce sur vos réseaux ou en newsletter, en précisant bien le type de profil recherché (voir comment trouver des bêta-lecteurs ici).

La phase de bêta-lecture : que publier ?

C’est la période un peu plus creuse, puisque vous ne touchez plus au manuscrit pendant qu’il est lu par les BL. Mais vous pouvez toujours communiquer dessus !

C’est en général le moment où je travaille sur la couverture, le résumé et le lancement de mon roman. Je peux aussi commencer à réfléchir sur un autre projet : dans ce cas, on repart sur des contenus de l’étape 1.

Pendant la bêta-lecture, vous pouvez :

  • partager les premiers retours de bêta-lecture et votre sentiment (soulagé, enthousiaste, effrayé…) ;
  • remercier publiquement vos bêta-lecteurs dans un article ou sur les réseaux ;
  • présenter vos projets de couverture ou de résumé, en faisant voter vos abonnés pour leur projet préféré (en vous gardant bien de dire lequel vous avez retenu !) ;
  • évoquer votre nouveau projet en expliquant en quoi il est différent (ou pas) de celui en bêta-lecture.

Les contenus possibles pendant les corrections éditoriales

Les corrections éditoriales comprennent une autre phase de relecture et réécriture prenant en compte les retours de bêta-lecture. C’est l’étape la plus longue et souvent la plus redoutée par les auteurs et autrices. Moi, c’est celle que je préfère : ciseler, peaufiner… jusqu’à ce que le manuscrit me sorte par les yeux 😄! Ensuite, on effectue une relecture d’ensemble, puis les corrections de forme (orthographe, style, typo…).

Enfin, on termine par le formatage (en ebook et en papier), parfois en passant par un prestataire. Cette étape donne lieu à de nombreuses occasions de publier des contenus sur l’écriture ou la réécriture :

  • un article de blog faisant la synthèse des retours de bêta-lecture (attention à ne pas spoiler !) ;
  • une newsletter ou un article évoquant les plus grosses modifications que vous allez opérer dans votre roman (toujours sans spoiler) ;
  • des posts recensant les points forts de votre livre selon les bêta-lecteurs ;
  • une story montrant votre état d’esprit en train de corriger (agacement, concentration, plaisir…) ;
  • des photos de votre manuscrit annoté par les bêta-lecteurs ou le correcteur…

Si c’est judicieux, vous pouvez avancer une date de publication et un début de calendrier pour le lancement : c’est là que vous commencez à faire monter la sauce !

La phase où l’on publie le plus sur son livre : le lancement

Normalement, vous avez établi votre plan de communication pour le lancement bien avant ce moment. C’est là que la communication prend toute son ampleur. Mais comme vous avez bien préparé le terrain en amont, elle aura normalement encore plus d’impact.

Quelques idées pour votre lancement :

  • Annoncez le titre du roman en organisant un jeu (concours ou pas) en le faisant deviner par votre communauté.
  • Dévoilez la couverture progressivement sur votre blog ou sur les réseaux.
  • Idem pour le résumé.
  • Si vous vous occupez de la maquette de votre livre, publiez des captures d’écran du travail en cours.
  • Faites des publications sur les personnages, les lieux, les thèmes abordés…
  • Annoncez la date officielle de sortie, avec une journée spéciale, un concours, des cadeaux…

La liste est inépuisable : à vous de la compléter selon votre inspiration et vos idées ! Je vous donne régulièrement des suggestions dans la newsletter Comm’Un Roman, la newsletter qui vous aide à mieux vendre vos livres.

Cette liste d’idées de contenus à publier pendant l’écriture montre qu’on peut communiquer sur son livre bien avant sa sortie et même avant que le premier mot n’en soit écrit. Et si cette perspective vous déplaît : non, vous ne risquez pas de vous faire piquer l’idée en communiquant trop tôt. Quoi qu’il arrive, ça restera VOTRE manière d’écrire et VOTRE façon de traiter le sujet. Au contraire, communiquer suffisamment tôt permet de préparer votre lectorat à la parution. Le jour de la sortie, il n’aura qu’une envie : découvrir votre pépite !

📌Ce billet vous a plu ? Enregistrez-le sur Pinterest pour plus tard !📌