Catégories
Univers littéraire & coulisses

Vie et mort de l’image, une histoire du regard en Occident / Régis DEBRAY

Lire la suiteVie et mort de l’image, une histoire du regard en Occident / Régis DEBRAY

Catégories
Univers littéraire & coulisses

Résurrection / Léon TOLSTOI

L’homme porte en lui le germe de toutes les qualités humaines et manifeste tantôt un côté de sa nature, tantôt l’autre, souvent même, tout en conservant sa nature intime, il apparait tout différent de ce qu’il est. Si neuve, si pénible que lui parût l’existence qu’il s’était proposée, il savait que désormais c’était la seule possible et il savait aussi que, quelque faculté, quelque entraînement qu’il eut à reprendre le chemin du passé, ce chemin le conduirait à la mort. On ne peut renouveler un acte, s’en détacher, mais les pensées mauvaises enfantent sans cesse de mauvaises actions. Toporov ne…Lire la suiteRésurrection / Léon TOLSTOI

Catégories
Univers littéraire & coulisses

Au bord de la vaste mer / August STRINDBERG

La vie humaine est une lutte où le vulgaire fait l’impossible pour écraser tout ce qui sort du commun. (…) Il est de ces esprits qui ne lisent pas mais « se » lisent ; il n’a pas voulu voir ce qu’il cherchait. (…) Sa faiblesse et sa grandeur : il a trop aimé la femme pour accepter qu’elle ait une autre personnalité que lui, il a trop refusé cette tutelle pour ne pas sentir tout ce qu’il y avait de fascinant, de secrètement désiré en elle. (Régis Boyer, en préface) Maintenant que son oeil ne discernait plus rien de la terre…Lire la suiteAu bord de la vaste mer / August STRINDBERG

Catégories
Univers littéraire & coulisses

La grammaire est une chanson douce / Erik ORSENNA

Le français est votre pays. Apprenez-le, inventez-le. Ce sera, toute votre vie, votre ami le plus intime. Si j’avais osé je m’en serais recouvert le corps. Ils m’auraient caressée, j’en suis sûre, à leur manière de mots, discrète et troublante. Une maisonnette comme on en voit des centaines au bord de toutes les plages : banale, blanche, un étage, deux fenêtres et un balcon pour se saouler d’horizon. Il faut faire attention aux mots. Ne pas les rejeter à tout bout de champs. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges.…Lire la suiteLa grammaire est une chanson douce / Erik ORSENNA

Catégories
Univers littéraire & coulisses

[Braconnages] Alexis ou le traité du vain combat / Marguerite YOURCENAR

Lire la suite[Braconnages] Alexis ou le traité du vain combat / Marguerite YOURCENAR

Catégories
Univers littéraire & coulisses

Je Tue Elle

Ecrire à la première personne du singulier est très inhabituel chez moi, pour ne pas dire rarissime. Je déteste écrire à la première personne quand il s’agit de moi. Sans doute que ça m’implique trop, ça m’oblige à me dévoiler, à me mettre à nu. A ce moment-là, je suis très vulnérable. Je n’aime pas être vulnérable. Alors quand je dois parler de ce que je ressens, je m’abrite souvent derrière un « elle » plus anonyme et je raconte une histoire qui pourrait ne pas me concerner. C’est une façon de se protéger. C’est surtout, je pense, un moyen de ne…Lire la suiteJe Tue Elle

Catégories
Univers littéraire & coulisses

De l’esclavage et de la liberté de l’homme / Nicolas BERDIAEV

La personne ne présente pas un état figé : elle s’explicite, se développe, s’enrichit, mais son développement est celui d’une seule et même personne qui reste, malgré tout, permanente, qui ne cesse jamais d’être elle-même. La réalisation de la personne ne s’effectue pas sans résistance, elle exige une lutte contre le pouvoir asservissant du monde, le refus de transiger avec le monde : c’est une douleur. L’acception de l’esclavage (au monde) diminue la douleur, la non-acception l’aggrave. L’esclavage guette l’homme sur le chemin de sa réalisation : l’homme est soumis à une socialisation forcée, alors que la personne humaine ne…Lire la suiteDe l’esclavage et de la liberté de l’homme / Nicolas BERDIAEV

Catégories
Univers littéraire & coulisses

Le tunnel / Ernesto SABATO

Je sens que vous serez quelque chose d’essentiel pour ce que j’ai à faire, bien que la raison m’en échappe encore. Toute notre vie ne serait-elle qu’une suite de cris anonymes dans un désert d’astres indifférents ? Vivre consiste à se faire de futurs souvenirs. Malgré tout, l’homme est si attaché à ce qui existe qu’il préfère finalement supporter son imperfection et la douleur que lui cause sa laideur, plutôt quue d’annihiler la fantasmagorie par un acte de volonté propre. Acheter « Le tunnel »Lire la suiteLe tunnel / Ernesto SABATO

Catégories
Univers littéraire & coulisses

Tonio Kröger / Thomas MANN

Car le bonheur n’est pas d’être aimé : il n’y a qu’une satisfaction de vanité mêlée de dégout. Le bonheur est d’aimer et peut-être d’attraper ça et là de petits instants où l’on a l’illusion d’être proche de la personne aimée. Il suivit le chemin qu’il devait suivre (…) et s’il fit fausse route, c’est que pour certains êtres il n’existe pas de chemin approprié. Recommencer depuis le commencement ? Mais cela ne servirait de rien. Ce serait de nouveau pareil – tout ce qui est arrivé arriverait encore. J’admire ceux qui, pleins de fierté et de froideur, s’aventurent sur…Lire la suiteTonio Kröger / Thomas MANN

Catégories
Univers littéraire & coulisses

Siddartha / Hermann HESSE

Tout cela ne semblait pas mériter un de ses regards, tout mentait, tout sentait le mal, tout sentait le mensonge, tout n’était que feintes : la raison, le bonheur et la beauté, tout n’était qu’une décomposition cachée. Le monde avait un goût bien amer et la vie n’était qu’une torture. Un but, un seul se présentait aux yeux de Siddartha : vider son coeur de tout son contenu, ne plus avoir d’aspirations, de désirs, de rêves, de joies, de souffrances, plus rien. Il voulait mourir à lui-même, ne plus être soi, chercher la paix dans le vide de l’âme et,…Lire la suiteSiddartha / Hermann HESSE