Nouvelle vie en téléchargement…

Nouvelle vie en téléchargement…

J’avais glissé l’information en mode teaser dans mon billet de début d’année, c’est désormais officiel : une page va se tourner cette année. Un billet un petit peu plus personnel que d’habitude, mais on reparle d’écriture très vite !

2019, c’est l’année du neuf et ça va prendre tout son sens pour moi et ma petite famille. De gros changements vont intervenir les prochains mois dans ma vie professionnelle et personnelle. Comme ces changements vont sûrement affecter un peu mon écriture, j’avais envie de vous en faire part. Et puis aussi parce que ça fait du bien, de partager ses projets.

Une maison à la mer

C’est le déclencheur de tout, je crois. Même si on avait envie, mon conjoint et moi, de changer d’air professionnel, on n’avait pas forcément envisagé de déménager tout de suite.

Un rêve de gosse

On avait juste un vieux rêve de gosse, un rêve de quand-on-serait-vieux, un rêve qu’on a dans un coin de la tête en se disant qu’on y arrivera jamais parce que c’est trop ambitieux… Ce rêve, c’était de vivre au bord de la mer.

Je m’imaginais volontiers écrivant sur une terrasse face à l’océan, une tasse de café sur la table et un chat ronronnant sur les genoux. M’endormir au son des vagues, regarder le coucher de soleil sur l’horizon, se réfugier derrière la fenêtre pour admirer la tempête déchaîner les vagues, m’amuser à deviner à quel phare appartiennent les lumières clignotantes à la tombée du soir, ramasser des coquillages à marée basse en guise de promenade digestive, aller à la pêche en bateau… Bref, la mer, quoi. Désolée pour ceux qui ne jurent que par la montagne, mais moi, mon eldorado, c’est la mer.

Au départ, on devait « juste » acheter une maison à rénover petit à petit en mode résidence secondaire et y déménager définitivement quand on serait à la retraite. C’était sans compter le pernicieux et imparable coup de coeur… pour un terrain nu à construire. Oui, parce que vu les ruines hors de prix à quinze kilomètres de la mer, on s’est dit qu’on pouvait regarder aussi les terrains.

Le cœur a ses raisons…

Quand on a visité le terrain qu’on a choisi, en Loire-Atlantique, à 50 m du rivage à vol d’oiseau (c’est à dire 200 m par le chemin), dans un coin pas trop touristique, mais pas trop paumé non plus, on s’est dit qu’il ne fallait pas réfléchir trop longtemps.

La plage à 200m à pied… c’est presque une brochure touristique ! 😍

Et on n’a pas réfléchit trop longtemps. Le temps de faire des plans, un permis de construire, des devis, et hop l’affaire était signée (donc six mois plus tard quand même…). Comme il était financièrement impossible d’avoir les deux maisons en même temps, on décide donc de faire le grand saut et de déménager définitivement lorsque la deuxième sera finie.

Donc, on va déménager à la mer. On va vivre au bord de l’océan. À. La. Mer. Même aujourd’hui, j’ai encore du mal à réaliser. J’espère juste qu’on ne fait pas une bêtise. Non, il ne faut pas écrire ça, d’abord. 😀

Et si on changeait de vie ?

Déménager quand la maison à la mer sera finie, ça veut dire à la rentrée 2019. Car quitte à réaliser des rêves de gosses, on a voulu faire une maison à ossature bois et à toit plat (un truc un peu original, quoi !). Comme la nouvelle maison (comme disent mes filles) est à 150 km de l’actuelle, hors de question de continuer à travailler là où on est actuellement… et comme on avait envie de changer d’air professionnellement, mon chéri et moi, c’est parti.

On savait que lui n’aurait pas de mal à trouver (on a toujours besoin de manuels !) et ce n’était donc pas un problème. Pour moi, c’était plus compliqué (pour faire une mutation en fonction publique territoriale, il faut trouver un autre poste). Surtout, comme je l’expliquais aussi dans mon billet de début d’année, j’avais envie d’expérimenter autre chose, voire de changer de voie. Surtout, j’ai envie de consacrer du temps, plus de temps, à l’écriture. D’en faire mon métier, pour de vrai. En tout cas, d’essayer ! J’ai donc pris une disponibilité à partir du 1er octobre.

Faire de l’écriture son métier

Depuis début mars, je suis l’excellente formation à la rédaction web de Lucie Rondelet et je ne regrette absolument pas mon choix. Ni au sujet de la formation, car elle est très complète et suivie. Ni au sujet du métier, car plus j’avance et plus je suis convaincue que c’est exactement ce qui me convient. Il fait appel à toutes les compétences que je préfère mobiliser : faire des recherches, synthétiser, vulgariser, être efficace et surtout écrire. Cherry on the cake, on peut travailler de chez soi (donc, au bord de la mer. Ahem. Oui, je fais une fixation !).

Il me faudra tout de même dénicher mes premiers clients pour pouvoir envisager d’en vivre. J’ai pris une disponibilité au 1er octobre afin de pouvoir m’y consacrer, mais comme je suis audacieuse, mais pas téméraire (n’est-ce pas Éléonore 😉 ), je n’exclus pas de prendre une activité salariée en attendant que ça se mette en place. Pour l’instant, tout est en réflexion, car il y a évidemment une place pour mes romans. Je voudrais m’y consacrer de de manière beaucoup plus professionnelle. La bonne nouvelle, c’est que je suis en pourparlers avec des éditeurs pour de futurs romans, grâce à Andrea, ma super agent littéraire de Librinova.

J’aimerais aussi terminer mon roman 6 pour cet été, mais j’avoue que le calendrier va être un peu bousculé avec tous ces changements ! D’ores et déjà, si certains d’entre vous sont intéressés pour être bêta-lecteurs, faites-le moi savoir.

Et c’est tout ?

C’est déjà pas mal, vous ne trouvez pas ? Eh bien, non, ce n’est pas tout. Hier, ma fille aînée, tout juste 18 ans, a appris qu’elle était prise pour intégrer l’EIMA, l’école internationale de manga et d’animation, à Toulouse. Son rêve est de devenir mangaka (dessinatrice de manga) et c’est tout ce que je lui souhaite. Mais, évidemment, ça rajoute une petite couche de « choses à régler » par-dessus toutes celles que nous avons empilées depuis six mois. Mais on va y arriver ! (faut qu’on y arrive, de toutes façons !)

Voilà, vous savez tout (ou presque) sur ma situation actuelle. Cela fait quelques mois que nous sommes plongés dedans. Quelquefois, on se dit qu’on est un peu fous, mais on me dit souvent que j’ai raison et qu’il faut bien se lancer un jour. Comme dirait ma copine autrice Marilyse Trécourt, il faut « viser la lune et au-delà » 😉 ! J’espère juste que nous n’avons pas fait le mauvais choix… (non, on a dit qu’on ne disait pas ça !). Et vous, vous avez fait des choix un peu fous dans votre vie aussi ? Racontez-moi ça en commentaires !

Une réponse

  1. […] Vous le savez, ma vie personnelle comme professionnelle est en plein bouleversement. Les rêves d’une vie ne se font pas tout seul et il faut donner un peu de sa personne. Pour ceux qui n’ont pas tout suivi, rendez-vous ici pour comprendre. […]

Envie de réagir ? Laissez un commentaire !

Abonnez-vous à mon infolettre !

Vous voulez ne rien manquer de mon actualité ?

Avoir des extraits gratuits ?

Savoir avant tout le monde les dates de publication de mes prochains romans ?

Bref, faire partie de ma communauté de fans ?

Entrez votre adresse de courrier électronique ici !

Holler Box
%d blogueurs aiment cette page :