24h dans ma vie de romancière

24h dans ma vie de romancière

En écho à l’article d’Anaïs « Que fait un auteur de sa journée ? », j’avais envie de vous partager cette semaine une journée type de ma vie de romancière. Ou plutôt deux journées : la première lorsque je ne travaille pas et la deuxième lorsque je travaille (car l’organisation est un peu différente, évidemment !).

Souvent, les lecteurs imaginent que l’activité d’un écrivain est soit très dilettante, soit très concentrée. L’écrivain fait partie de ces professionnels qui s’entendent dire très souvent « mais, ton vrai métier, c’est quoi ? ». Comme si l’écriture n’était pas un « vrai métier ». Bon, la réalité de la chose, c’est que rares sont les écrivains qui n’ont pas besoin d’un boulot alimentaire à côté.

Une journée de romancière à temps plein

Depuis septembre dernier, je me suis organisée professionnellement pour travailler sur 4 jours (en période scolaire), tout en restant à temps plein et me libérer une journée par semaine en plus du week-end. Cette journée est en général positionnée le vendredi (c’est un peu pour cela que mes billets paraissent ce jour-là !). Mon vendredi est donc consacré à mon activité de romancière. Je ne dis pas « à l’écriture » car vous allez voir que je ne fais pas qu’écrire (un mythe s’effondre, hein !).

8h : réveil

pexels-photo-614973.jpegSans blague, un écrivain, ça dort 😉 ? Je profite de devoir emmener ma grande prendre son car pour le lycée le vendredi matin pour me lever tôt. Pas de grasse matinée pour ne pas perdre la moitié de la journée au lit (je dors plus tard le samedi et le dimanche, par contre !). En général, je bois mon café sur la terrasse Est de ma maison s’il fait beau ou dans mon bureau si le temps est maussade. Je consulte mes mails sur mon ordinateur portable et je fais un petit tour sur les réseaux sociaux.

9h : organisation de la journée / tâches domestiques

 

Hebdo taches à droite

Je dégaine mon bullet journal et j’organise ma journée en fonction des tâches à faire (domestiques et écriture).

Souvent je mets une lessive à sécher dans la foulée (histoire de ne pas rester assise toute la matinée !) et je fais 2-3 petites choses dans la maison (du ménage, un peu de rangement).

C’est surtout une transition entre le réveil et le moment où je m’installe pour écrire.

10h-12h : blog, réseaux sociaux, infolettre

Je commence par écrire mon billet de la semaine (normalement, si j’ai bien travaillé, mes thèmes sont déjà prévus en début de mois, je n’ai donc plus qu’à écrire !). Je rédige mon billet, je cherche des illustrations, je mets en forme… Quelquefois, l’écriture me prend toute la matinée car le sujet est un peu ardu. L’objectif est de publier pour midi (je programme toujours la publication même si j’ai fini en avance).

En mode corrections sur Le Sang des Lumières

Lorsque j’ai terminé, je regarde un peu l’administration du blog pour voir si tout va bien, s’il y a des commentaires auxquels je n’ai pas répondu… J’essaie aussi de trouver des sujets de posts pour ma page Facebook pour la semaine à venir et je prépare des brouillons (les dernières semaines, j’ai un peu laissé de côté cette tâche, ce qui fait que je n’ai pas publié beaucoup sur Facebook !). Si on est à la fin du mois, je prends du temps aussi pour rédiger l’infolettre et programmer l’envoi pour le dernier dimanche matin.

Dans les prochains mois, je pense prendre un peu de temps sur ce créneau pour organiser la migration de mon site vers une plateforme wordpress.org qui me donnera plus de possibilités techniques et esthétiques.

12h : pause déjeuner

Avant de déjeuner, je vaque à quelques occupations domestiques, histoire de bouger un peu et de m’aérer les neurones 🙂 . Souvent, je rejoins mon mari et ses collègues de travail au petit restaurant ouvrier pas loin de chez nous pour déjeuner : ça me permet de sortir un peu et de déconnecter.

Si on mange à la maison, je fais la cuisine et on prend le temps de déjeuner (le moment du repas est sacro-saint chez moi : même si je n’ai pas faim, on prend le temps de se poser tous ensemble). Si j’ai quelques courses à faire, j’y vais dans la foulée (mais le gros de mon ravitaillement est en général fait une fois par semaine et grâce au Drive je n’y passe que très peu de temps).

14h-18h : travail sur les romans

Au retour à la maison, je m’installe à mon ordinateur après avoir choisi mon bureau du jour en fonction de la météo (l’avantage de l’ordinateur portable !) et je me consacre à l’écriture : en ce moment, tout ce temps passe dans les corrections de mon roman historique Le Sang des Lumières. Si je suis en cours de premier jet, je suis à fond dans la rédaction.

IMG_2443 (Grand)

Mais je peux consacrer ce temps aussi à des tâches qui ne sont pas de l’écriture à proprement parler :

  • lire de la documentation et prendre des notes,
  • travailler sur mon plan de roman,
  • faire la mise en page pour le format broché (pour l’ebook, c’est Librinova qui s’en occupe),
  • réfléchir à mon prochain roman 😀
  • rédiger le résumé, la 4ème de couverture, la fiche de présentation du roman,
  • faire des flyers, des communiqués de presse,
  • préparer des visuels pour les pubs sur les réseaux sociaux,
  • prendre contact avec des bibliothèques, des librairies ou des salons pour organiser des séances de dédicaces ou des interventions,

J’ai la chance de ne pas avoir besoin de travailler moi-même sur mes couvertures car pour cela j’ai ma graphiste de choc, mais sinon cela ferait partie des choses à faire.

Mes après-midi sont donc bien remplies. Souvent je casse le rythme en faisant une pause thé en milieu d’après-midi. Si j’ai besoin de bouger, je vais dehors m’occuper de mes fleurs ou alors je fais une petite tâche ménagère (oui, je suis comme ça : je considère le ménage comme un moyen de bouger :)).

18h-21h : début de soirée en famille

J’essaie de faire en sorte d’arrêter d’écrire en début de soirée, lorsque tout le monde est rentré du travail ou de l’école. Je fais la cuisine pour le repas du soir, on prend l’apéro 😀 et on dîne tranquillement (ou moins tranquillement, en fonction des invités imprévus !). En général, le vendredi soir est le jour où je fais de la galette de blé noir, on est donc un peu en mode pique-nique et c’est très agréable pour finir la semaine.

21h-23h : écriture

Après le dîner, chacun vaque à ses occupations : télé pour les uns, jeux vidéo pour les autres, lecture, dessin, écriture… Pour ma part, je retourne sur mon ordinateur et je poursuis mon travail de l’après-midi. Ou bien, si je suis complètement saturée, je perds mon temps sur Facebook 😀 ou je lis sur ma liseuse. J’essaie d’éteindre avant minuit, pour avoir mon quota de sommeil… et c’est reparti pour une journée !

Une journée de romancière à temps partiel

Cette journée va être beaucoup plus rapide 🙂 et c’est le schéma de la plupart de mes journées (malheureusement !). Un jour, peut-être, j’arriverai à être romancière à temps plein… en tout cas je travaille pour.

Je bois toujours mon café le matin au réveil 😀 mais pas d’ordinateur. Si l’envie m’en prend, je regarde les réseaux sociaux sur mon smartphone, mais ce n’est pas systématique. J’emmène ma grande au lycée puis la journée de travail se déroule, avec la pause déjeuner. Je pourrais écrire le midi, mais je préfère déconnecter avec mes collègues. Cela dit, il arrive souvent que je pense à mes romans pendant ma journée de travail et même que j’en discute, puisque je travaille avec ma graphiste de choc 🙂

20180420_144622

L’avantage de l’ordinateur portable : se poser n’importe où pour écrire 🙂

Plus souvent, je cogite malgré moi sur mes romans sur le trajet aller ou retour. Je pense que comme je suis détachée de mon texte, dans ces moments, mon imagination tourne à toute vitesse. C’est souvent dans ces trajets que j’ai des idées lumineuses, que je résous des problèmes de structure ou d’incohérences… Je ne les note pas aussitôt, mais je les garde dans ma tête jusqu’à l’arrivée : si l’idée est bonne, elle est restée dans ma mémoire, sinon c’est qu’elle ne valait pas le coup !

La fin de journée est identique aux vendredis : je consacre le début de soirée à ma famille (cuisine, tâches domestiques, etc.) puis, une fois le dîner terminé, je me mets à l’ordinateur et je travaille. Mais il arrive aussi que je m’octroie une soirée sans écriture.

J’essaie de m’organiser dans la semaine pour ne pas avoir toutes les tâches ménagères à faire le week-end : je répartis les plus routinières sur les débuts de soirée, comme ça elles sont faites et je suis plus disponible. Surtout, ça me permet de me dégager 2 ou 3h par jour pour travailler sur mes romans (même si ce n’est pas toujours de l’écriture à proprement parler : je fais aussi le soir des tâches que j’ai décrites pour le vendredi après-midi).

Voilà, j’espère que ce billet sur mes journées de romancière vous a plu ! Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine (ouille, il est presque midi, je vais être en retard sur mon planning 😉 ).

[Edit 18/06] Vous pouvez aussi aller consulter l’article de Denis Vergnaud sur un sujet approchant « Concilier écriture et vie sociale ». Pour lui aussi, tout est question d’organisation.

 

 

 

6 réponses

  1. L'Astre dit :

    Belle organisation ! C’est intéressant de réserver la matinée au blog et l’après-midi à l’écriture, j’ai tendance à mélanger les deux en fonctions des urgences mais ça doit permettre d’être plus efficace. Merci pour ce partage 🙂

  2. Hiéra dit :

    C’est super de voir comment d’autres auteurs s’organisent, ça permet aussi de remetter en question ses propres pratiques. Pour l’instant je suis bien incapable d’écrire et de mettre en forme un post de blog en deux heures. Je débute, mais il va quand même falloir que j’apprenne à écrire mes articles plus rapidement, sinon je n’aurai plus le temps de travailler sur mes romans…
    Merci d’avoir partagé ton organisation !

    • De rien, Hiéra ! Tu sais au début je mettais du temps à écrire mes billets aussi, mais ça vient avec l’habitude. C’est comme les romans, en fait : plus tu as une idée précise de ce que tu veux raconter, plus tu vas vite 🙂
      Bon courage !

    • J’y pense : essaie, au début, de faire des articles courts, quitte à publier sur un même sujet en plusieurs fois. Ainsi tu prendras l’habitude sans te disperser 😉

  3. […] : je partage également l’article de Lynda Guillemaud où elle nous révèle ses journées-types d’écriture […]

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à mon infolettre !

Vous voulez ne rien manquer de mon actualité ?

Avoir des extraits gratuits ?

Savoir avant tout le monde les dates de publication de mes prochains romans ?

Bref, faire partie de ma communauté de fans ?

Entrez votre adresse de courrier électronique ici !

Holler Box
%d blogueurs aiment cette page :